AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Témoignage de Samuel Ségura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ROSIA
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR
avatar

Féminin Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Témoignage de Samuel Ségura   Sam 23 Mar - 12:45

Témoignage de Samuel Ségura, un fils prodigue: « Je suis le résultat vivant et réel de la puissance de la prière »


Bonjour à mes chers frères et sœurs en Christ

Il est souvent bien compliqué de savoir par quel bout commencer pour étayer, et énoncer toutes les grâces de Dieu, qui ont parsemé nos vies sur cette terre, tant il y aurait à dire sur la richesse de son amour ; et d’autant plus quand, comme ce fut mon cas, l’aube de votre vie était déjà bercée par la main de Notre Seigneur.

Je suis issu, et né dans une famille chrétienne, et certains peut-être le savent déjà, je suis le fils du pasteur SEGURA Pierre, aujourd’hui à la retraite, administrative bien sûr, car le ministère pastoral ne s’arrête que lorsque Dieu décide de rappeler son enfant à Lui.

Mon enfance fut une enfance normale, du moins, dans la normalité de ce que l’on peut connaître dans une famille, où l’amour du Seigneur, était roi, et où l’on pouvait entendre raisonner les chants, la lecture de la Parole de Dieu, et l’éducation selon ses prescriptions.


Mais, car il y a toujours un mais, il fallut bien qu’à un moment donné le tableau idyllique qui voudrait qu’un enfant de pasteur soit dès son plus jeune âge, versé dans les écritures, se brise.

C’était un Dimanche après midi, ne me demandez pas de date, je ne m’en rappelle absolument pas, j’avais alors un peu plus de 8 ans. Ce dont je me souviens très bien, par contre, c’était le nom du pasteur indien que mon père interprétait : Josuah Daniel, un merveilleux ministère d’évangélisation.

Nous arrivâmes presque au terme de cette réunion, c’était le moment de l’imposition des mains. Et là, soudain, une chaise se mit à trembler, une chaise sur laquelle était une femme, que nous pourrons nommer comme étant possédée.

Elle se leva, déchaînée, ses membres se tordant comme un élastique sur lequel on pouvait tirer selon notre bon vouloir. Cette personne se précipita devant l’estrade, prit un grand vase, rempli d’eau et de fleurs, qui devait peser au moins 15 kg, et elle se jeta sur ce pasteur, voulant en découdre, et ce, avec une violence inouïe. Ce fut un moment difficile, car les frères ont dû s’y prendre à plusieurs, pour la maîtriser, et on lui imposa les mains.

A ce moment là, une puissance malsaine, et insoutenable s’empara de mon âme, et ce fut là, le début d’un long chemin de croix, mais qui allait me mener jusqu’à Jésus.

Les années passèrent, et ces tourments furent quotidiens, j’utilise souvent l’image du film «Indiana Jones», pour représenter, humainement ce que ces puissances spirituelles essayaient de provoquer en moi ; vous savez, pour ceux qui ont vu cette scène, où l’on voit ce fameux prêtre plongeant sa main à travers le corps de cet homme, qui devait être sacrifié selon des rituels sataniques, et retirant son cœur, alors que celui-ci était encore en vie.

Cette image représente exactement ce qu’essayaient de produire en moi, de manière spirituelle, ces démons, et je n’hésite pas à nommer leur nom. Ils venaient, la nuit, dans mon sommeil, et me réveillaient, j’étais haletant, brisé.

Et, c’est là où j’insiste, j’avais comme l’impression que l’on venait violer mon âme, je ne sais comment décrire cela, c’est un terme approprié, et vous allez comprendre pourquoi.

Certains, à qui j’ai raconté mon témoignage, m’ont demandé pourquoi, pendant toutes ces années, n’en avais-je pas parlé à mon père, et là je leur répondais que je pouvais m’identifier à une femme violée, ayant beaucoup de mal à se confier, avec cette impression de sentir extrêmement sale, et c’est ce que je ressentais.

Par la suite, au temps de l’adolescence, vinrent les classiques crises de l’adolescence, saupoudrées de cette chose hideuse qui entachait mon cœur.

C’est là que je me mis à écouter, ce que j’appellerais la musique qui nous emmène directement aux portes de l’enfer. Je parle, vous l’aurez deviné, de la musique Hard Rock.

Cette musique, m’a inspiré les pires choses qui soient pour un enfant qui avait connu la Parole de Dieu, et bien que je n’ai jamais touché à une seule substance illicite (à part un joint ici et là), j’ai sombré dans les choses sombres de ce monde.

Puis à l’âge de 19 ans, ayant fait une expérience avec le Seigneur, mais sans être réellement affermi, je décidais de mettre quand même ma vie en règle avec Dieu, et passais par les eaux du baptême. Et c’est à ce moment là, et j’insiste bien là-dessus, que je fus instantanément délivré de ce mal qui me rongeait depuis des années.

Puis vint mon deuxième désert, qui durera 10 ans, désert où le Seigneur m’attendait encore, car Il avait quelque chose de prévu d’encore plus merveilleux que toutes mes aspirations les plus profondes, mais ne pouvait être révélée, sans être au préalable, débarrassé de toutes ces scories qui enveloppaient ma vie entière. Je fus touché au sein de ma vie matérielle, et financière, et inspiré par une haine féroce qui s’installa en moi, je finis par haïr le nom de la personne de ma belle famille, qui m’avait introduit dans ce champ désertique. Mon âme était tellement confuse, que le point de non retour était visible dans ma tête.

J’ai voulu attenter à ma propre vie, j’ai levé le poing contre lui, et savez-vous le plus merveilleux dans cet amas de boue dans laquelle je me trouvais, c’est que Dieu m’attendait encore et toujours, car je pouvais parfois ressentir sa main tendue, mais la refusais, tellement j’étais en colère.

C’est pourquoi, j’aime beaucoup ce texte dans les Proverbes (Prov. 24/16): «Car sept fois le juste tombe, et il se relève, mais les méchants sont précipités dans le malheur».


Il y a de cela 4 mois, au travers d’une prière toute particulière, en la personne d’un ami, dont je suis aujourd’hui extrêmement proche (dans la prière et l’intercession), Il s’est à nouveau révélé à mon cœur, me demandant de revenir à la maison du Père, et là, malgré mes propos injurieux, cette haine féroce pour l’humanité, et contre Lui qui demeuraient, Dieu me montra au travers du sacrifice de son Fils Jésus à la croix, que je pouvais revenir d’un cœur sincère vers cette communion perdue. Je lui ai demandé pardon, ai pardonné à tous ceux qui m’avaient fait du tort, et l’ai accepté dans mon cœur d’un cœur sincère.


Aujourd’hui, je désire le suivre, le servir, coûte que coûte, car le temps est court, et la moisson est si grande; que cette expérience que j’ai vécue soit un encouragement pour ceux qui prient depuis de longues années pour leurs bien aimés qui se sont perdus, car je suis le résultat vivant et réel de la puissance de la prière.
Que Dieu vous bénisse, mes chers frères et sœurs!

Source: http://blogdei.com/




_________________
Voici ,Oh ! qu'il est agréable, qu'il est doux pour des frères de demeurer ensemble ( PSAUMES 133:1)

Mon blog, cliquez sur ce lien : http://rosia.eklablog.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Témoignage de Samuel Ségura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Benjamin, le fils du pasteur Samuel Peterschmitt, donne un témoignage bouleversant
» Témoignage de M. Alcader, auteur du "Vrai visage de l'Islam"
» LA CONFIRMATION (témoignage)
» VIDÉO: Un réel fait vécu; Jésus m'a sauvé ! Témoignage d'une Québécoise :
» Mon petit témoignage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE JARDIN DE GETHSEMANE :: Vos témoignages-
Sauter vers: